Le lave-linge, meilleur ami de la modeuse

lave_linge_smegMa meilleure amie, désignons-la sous le nom de Mademoiselle A., se trouve être une de ces personnes que l’on a coutume d’appeler une fashion victime (alors que c’est plutôt son porte-monnaie la victime), une lécheuse de vitrines (des litres de salive par jour, elle produit !), une modeuse (comme danseuse pour la danse sauf que là c’est de la mode), une fashion addict (on a plus de vocabulaire en France ou quoi ?) bref une fille qui en a plus dans la robe que dans le compte en banque.

Je dois admettre qu’être la bonne amie de Mademoiselle A. n’est pas toujours évident. On se sent vite  devenir le point de mire des passants parce que Mademoiselle A. suit tellement à la mode qu’elle est souvent en avance d’un mois sur celle de la rue et que la salopette jaune poussin avec le chapeau extra-large hippie bariolée, je veux bien la croire quand elle me dit que c’était aux défilés mais là en attendant, les passants ils se demandent surtout à quel bal costumé on se rend et surtout pourquoi moi, je suis pas déguisée (et du coup ils en déduisent sans doute que je suis la rabat-joie de service).

Si encore on se limitait au visuel mais Mademoiselle A. est également difficile à contrôler au niveau sonore. En général, quand je me promène à Paris avec elle, j’essaie d’éviter les rues avec boutiques de mode aux noms imprononçables et etiquettes à  rallonge mais c’est un peu comme vouloir éviter une botte de foin dans une aiguille, j’échoue toujours. Dans ce cas, une seule vitrine et ma bonne amie se détache de son expression de modeuse (regard imperturbable droit devant et jamais, jamais je ne dévie ma route d’un cran) pour enchaîner orgasme sur orgasme:

« Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Oh mon Dieu !, oh mon Dieu !, j’y crois pas !!! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! »  (croyez-moi, j’ai compté tous les I présents ici)

Ces hurlements hystériques s’accompagnent en principe de multiples sursauts désordonnés ce qui peut s’avérer très périlleux quand on est une modeuse comme Mademoiselle A. qui ne sort jamais sans les 10 cm de talon, un minimum pour elle (elle appartient plutôt à la branche modeuse « tu-vas-pas-sortir-en-baskets-quand-même! »). C’est dans ces moments-là que je regrette amérement de ne pas avoir sacrifié 6 mois de salaire pour m’offrir le big bag de l’été 2008 qui aurait pu être un parfait abri anti-regards désapprobateurs de la part des passants, des vieilles dames et des chiens : « je suis pas là, je suis dans mon sac ! »

Arrivé à ce paragraphe, vous allez vous dire que l’Electroménagère n’est pas très charitable avec ses amies et qu’il faudrait mieux ne pas trop me fréquenter mais si je vous ai brossé au départ un portrait un peu caustique de Mademoiselle A. c’est pour maintenant la réhabiliter aux yeux de tous, vous démontrer à quel point ça a du bon d’avoir une amie modeuse.

Parce que la modeuse en réalité n’est pas la fille superficielle que l’on veut bien croire. Par exemple les modeuses sont des multi-linguistes nées : elle parle français (surtout quand elles sont françaises), anglais obligatoirement (« je me suis trouvé un jean vintage slim dans un showroom private comme celui de Carrie dans Sex & The City, j’en suis crazy !! ») mais aussi, et ça peu de gens le savent, étiquologuais. L’étiquologuais est une langue idéographique que vous ne retrouverez inscrite que sur l’arrière ou le coté de votre vêtement. Il permet à certains initiés, comme les modeuses justement, de savoir comment mettre en bon rapport vos habits avec votre lave-linge. Voilà bien une ressource cachée de ma bonne copine Mademoiselle A. que j’ai découvert tout récemment lors d’une de nos virées shopping. Alors que je lui montrais un délicieux top dont la matière et la couleur me ravissaient, Mademoiselle A. s’empare de ma trouvaille et traduit à mon intention les signes étranges de l’étiquette.

« Regarde: pas de lavage, pas de repassage, ça va te coûter une fortune en pressing ce truc ! »Quand moi je lisais petit rond barré ou main dans la poche, ma copine devinait séchage interdit ou lavage à la main !  Un mode nouveau s’ouvrait à moi ! Toute une science dont j’ignorais l’existence et qui allait vachement me simplifier la vie. Je la suppliais alors de me donner quelques trucs dans la même veine que l’étiquologuais.

 

J’ai soudain réalisé que Mademoiselle A. et donc par extension toutes les modeuses de France et de Navarre et d’ailleurs encore, entretenaient une relation quasi fusionnelle avec leur lave-linge. Entre la modeuse et son lave-linge, y’a du chabadabada d' »Un homme et une femme » dans l’air, de la ritournelle romantique digne d’une nuit d’été italienne, du tango endiablé mais je m’égare, je le sens bien… Pour résumer, dans des effluves de jasmin et de lavande, la modeuse et son lave-linge vivent ensemble une grande histoire : pendant que l’une le parfume et prend soin de son ami comme d’un bijou, l’autre consacre ses journées à raviver et rendre comme au premier jour tous les vêtements sacralisés.

Parce que je suis partageuse (que pour les trucs qui ne me coûtent pas, je préviens), je vais vous dévoiler ici même tous les petits trucs que ma copine Mademoiselle A. a bien voulu me donner pour vivre un accord parfait avec son lave-linge:

  • Avec beaucoup de tours-minute, ton lave-linge tu choisiras car plus y’a de tours minute plus ton linge séchera vite et donc la robe lavée le matin pourra se porter le soir même.

  • Ta lingerie, dans un filet spécial tu la mettras car c’est fragile ces petites choses là, un peu comme ce qu’on met dedans.

  • Avec système anti-balourd, ton lave-linge tu prendras. ca t’évite pas les lourdauds dragueurs de passer ton chemin mais ça protégera ton linge (c’ets mieux que rien mais je suis un peu déçue).

  • L’arrêt cuve pleine, tu programmeras comme ça l’essorage attendra que tu rentres chez toi et tes vêtements sentiront pas le vieux linge humide.

  • Capacité variable automatique tu opteras. Pas besoin d’avoir 6 kilos de linge pour lancer ta machine, t’économiseras un peu d’eau et d’énergie et tu pourras alors t’acheter encore plus d’habits…et faire encore plus de machines !

  • Enfin ton lave-linge, tu en prendras soin parce que laver ses vêtements griffés dans un truc dégueu, y’a aucun intérêt et puis commeça, la belle histoire d’amour entre ton lave-linge et toi, elle durera très très longtemps !

Ce billet participe au plus grand concours jamais organisé intitulé le concours du boudoir. On le doit à la fille ordinaire ou pas en collaboration avec Sabrina.

Publicités

0 Responses to “Le lave-linge, meilleur ami de la modeuse”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




à Electroméninges, le blog de l'électroménager
By TwitterButtons.com

Photos Electroménagères

web statistic

Ce site est listé dans la catégorie Produits et services de consommation : Electroménager de l'annuaire Referencement et Dictionnaire


%d blogueurs aiment cette page :