Archive Page 3

Nouvelle collection Gorenje par Karim Rashid

Méfions-nous des apparences ! Vu comme ça, je ne confierais jamais la décoration de ma cuisine à la personne posant ci-dessus. Et pourtant, Karim Rashid est un célèbre designer égyptien dont l’une des créations a certainement déjà du me faire tourner la tête car il a travaillé pour les plus grandes marques comme Sony, Guzzini ou Issey Miyake.

Vous n’êtes toujours pas convaincus ? Je vous laisse quand même admirer la collection qu’il a dessinée pour Gorenje.

Table induction : les cercles partent dans tous les sens !

Four : Pink is the new black ! selon Karim

L’idée géniale est d’avoir intégré un bandeau de LED le long de la poignée d’ouverture. La couleur change évidemment selon vos envies et vos humeurs ainsi pour préparer un dîner d’amoureux, quoi de mieux qu’une cuisine baignant dans la lumière marshmallow ? Et pour le matin, pourquoi ne pas tenter la lumière orange pour se donner du pep’s ?

Karim Rashid a réussi le tour de force de créer une collection à la fois sobre de par ses lignes et fantaisiste de par ses couleurs. Comme quoi, faut vraiment pas se fier aux apparences !

Publicités

Finalistes d’Electrolux Design Lab : Teleport Fridge (6)

Ah la téléportation ! Qui n’en a pas rêvé ?

Je m’imagine sans problème dire à mon frigo : « Téléporte-moi du jambon, 3 tomates, de l’huile d’olive et du vin blanc ! ». Finies les courses du lundi soir exténuantes, finies les queues interminables au supermarché, finis les gros sacs de marchandises qui vous scient le bras, finis … Arrêtez, n’en jetez plus ! C’est trop beau !

Le Teleport Fridge sort tout droit de l’imagination d’un étudiant thilandais Dulyawat Wongnawa. Comme son nom l’indique (celui du concept pas celui du designer), le Teleport Fridge repose sur la technologie de la téléportation qui, doit-on le rappeler, n’existe pas encore (je préviens pour pas créer une vague d’hystérie). Le Teleport Fridge vous fait donc gagner du temps et évidemment transport eles aliments directement dans les bons compartiments réfrigérés)

Seul point négatif : c’en est fini de la convivialité entre voisins. Inutile d’aller quémander un oeuf à la voisine avec le téléport fridge maintenant, elle flairera illico le plan drague !

Pour plus d’informations : interview du designer

Nespresso se rachète une conscience écologique

On m’a souvent fait la remarque en commentaire lorsqu’il s’agissait de présenter un nouveau modèle de machine Nespresso : « Oui c’est beau, oui c’est bon mais qu’est-ce que ça pollue la planète ces capsules ! »

Réjouissez-vous car Nespresso a fini par entendre les réclamations (on dira qu’il était temps) et a décidé de mettre en place un programme appelé Ecolaboration.


Ce programme ambitieux a trois objectifs qui doivent être effectifs d’ici 2013 :
– Sur le café : 80% du café Nespresso sera fournie par le programme AAA (méthodes respectueuses de l’environnement et de meilleurs revenus pour les agriculteurs)
– Sur les capsules : mise en place d’un système de collecte avec pour objectif de tripler la capacité à recycler 75% des capsules.
– Sur les machines : concevoir des machines écologiques et moins gourmandes en énergie.

Pour en savoir plus, découvrez le site dédié à ce programme Ecolaboration ainsi que les points de collecte des capsules près de chez vous (en général les boutiques Nespresso).

Marque-page

Plutôt que de reprendre le tag des 100 livres préférés des français (selon un sondage Lire – SNCF de 2004), j’ai voulu l’accommoder à ma sauce et donner mon propre top 100, ma bibliothèque idéale, les 100 livres qui m’ont le plus marqués, bref mes marque-page à moi.

Ah ah ah ! Qu’est-ce que je peux avoir comme idée crétine des fois !

J’ai cru que ce serait facile (que de débats animés dans mon cerveau pour savoir qui garder, qui jeter) et rapide (trouver les 30 derniers fut un chemin de croix). Les livres ne sont pas classés par préférence (je ne suis pas maso non plus) mais par ordre d’apparition dans mon cerveau (on voit d’ailleurs à certains endroits des associations d’idées). La tâche fut rude certes mais très intéressante : remonter ces années de lecture pour dénicher les livres marquants fut une petite cure de jouvence. Il y a autant de bons souvenirs que de mauvais entre tous ces mots déchiffrés, des heures d’ennui autant que des yeux fatigués de ne plus avoir la force de décrypter, des rires, des pleurs, bref de la lecture !

1. Le procès de Kafka
Les Indifférents de Moravia
L’oeuvre de Zola
Madame Bovary de Flaubert
L’idiot de Dostoïevski
Guerre et Paix de Tolstoï
Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée
Belle du seigneur de Cohen
Splendeurs et misères des courtisanes de Balzac
10.
Les trois Mousquetaires de Dumas
Anna Karénine de Tolstoï
Au bonheur des ogres de Pennac
Le soleil des Scorta de Gaudé
L’herbe bleue
L’écume des jours de Vian
Le Petit Prince de Saint Exupéry
L’immortalité de Kundera
Au nom de la rose d’Eco
Crime et châtiment de Dostoïevski
20.
L’école de la chair de Mishima
Hiroshima mon amour de Duras
Notre Dame de Hugo
Cent ans de solitude de Garcia Marquez
La cantatrice chauve de Ionesco
Germinal de Zola
Maus de Spiegelman
Orgueil et préjugés de Austen
J’irais cracher sur vos tombes de Vian
Candide de Voltaire
30.
Les fleurs du mal de Baudelaire
La reine Margot de Dumas
Le père Goriot de Balzac
Fragments d’un discours amoureux de Barthes
Frankenstein de Shelley
Dracula de Stoker
Premier de Cordée de Frison-Roche
Vipère au poing de Bazin
Le malade imaginaire de Molière
Phèdre de Racine
40.
From Hell de Moore et Campbell
Z de Vassilikos
Belle de jour de Kessel
L’Incal de Jodorowsky et Moebius
Le grand pouvoir du schinkel de Van Hamme
Le journal de mon père de Taniguchi
Jimmy Corrigan de Chris Ware
Aurélien d’Aragon
Le rouge et le noir de Stendhal
L’étranger de Camus
50.
La nausée de Sartre
Roméo et Juliette de Shakespeare
Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre
La princesse de Clèves
de La Fayette
La dame aux camélias de Dumas fils
Zazie dans le métro de Queneau
A l’ouest Rien de nouveau de Remarque
Les liaisons dangereuses de Laclos
Kafka sur le rivage de Murakami
Bonjour Tristesse de Sagan
60.
Voyage au bout de la nuit de Céline
Les faux-monnayeurs de Gide
Le parfum de Süskind
24 heures de la vie d’une femme de Zweig
Le journal d’Anne Frank
Journal d’une femme de chambre de Mirbeau
La guerre des Mondes de Wells
Le meilleur des Mondes de Huxley
Alice au pays des merveilles de Caroll
L’apiculteur de Fermine
70.
Soie de Baricco
Histoire d’O de Réage
Les Cent vingt journées de Sodome et Gomorrhe de Sade
Le monde de Sophie de Gaarder
1984 de Orwell
La bête humaine de Zola
Le portrait de Dorian Gray de Wilde
Lolita de Nabokov
Chronique d’une mort annoncée de Garcia Marquez
Marie Antoinette de Fraser
80.
Exercices de style de Queneau
Je me souviens de Perec
Gargantua de Rabelais
Les contes d’Andersen
Les histoires extraordinaires de Poe
L’éducation sentimentale de Flaubert
Les souffrances du jeune Werther de Goethe
La cuisine pour tous de Ginette Mathiot
Les falsificateurs de Bello
Stupeurs et tremblement de Nothomb
90.
Fahrenheit 451 de Bradbury
Dans ces bras-là de Laurens
Le sac à main de Desplechin
Le jardin des Finzi-Contini de Bassani
Le monde selon Garp de Irving
Un sac de billes de Joffo
La vie, mode d’emploi de Perec
Les contes du chat perché de Aymé
Les lettres persanes de Montesquieu
De la démocratie en Amérique de Tocqueville
100.
Le banquet de Platon

Voilà. Manque plus que 1999 volontaires pour faire le top 100 et on fait mieux que le sondage de Lire de 2004.

Comment je blogue (pas comme les autres)

Après avoir répondu au pourquoi et au ou (dans ton cul, je m’étonne que personne n’ait osé la faire celle-là), il était dans l’ordre des choses de participer à la vague du comment.

Un comment loin d’être innocent puisqu’il va m’obliger à révéler ce que finalement je cache avec plus ou moins de fermeté depuis l’ouverture de ce blog. Pour parler du comment, il me faut répondre au Qui suis-je ?

Là je sais que je vais en décevoir plus d’un(e) : non je ne suis ni Jessica Darty, ni Bree Van de Kamp.

Mon vrai visage

Mon vrai visage

Néanmoins il est vrai que j’ai un rapport direct avec l’électroménager puisque je suis chargée de la rubrique Electroménager d’un comparateur de prix AchetezFacile.com, le meilleur, le plus beau, le plus facile des comparateurs de prix. Je blogue comme je travaille.

Voilà donc comment je blogue : chaque jour je surfe pour le travail sur des sites d’électroménager et chaque jour je me dis « Oh c’est drôle/novateur/design/intéressant/atypique ! ». Je prends note du lien et je me l’envoie par mail. De retour à la maison, je remplis mon agenda avec 1 lien = 1 jour. En ce moment, on est plutôt dans une saison riche et j’ai donc matière jusqu’au 16 octobre. Je blogue comme une ministre.

Je suis une grande angoissée du vide et le fait de ne pas vraiment avoir le choix de mon sujet est plutôt reposant. Je blogue comme une lâche.

Comment je blogue ? Presque en automatique finalement. N’ayant pas le choix de mon sujet, je me réfère à l’agenda, parfois avec soulagement, parfois les pieds qui traînent. Quelque fois je peux écrire plusieurs billets à la suite, quelque fois je passe des heures à essayer de trouver un angle d’approche sympa pour parler d’un fer à repasser ou d’un sèche-linge. Parce que je me suis compliquée la tâche, à vouloir rendre mes billets un tant soit peu sympa. Je blogue comme un ascète.

Pourquoi m’infliger un tel supplice ? Parce que j’ai l’indécrottable besoin de ne pas vouloir faire comme tout le monde, d’être unique en mon genre, même si je sais tout cela vain. Je blogue comme une diva.

Avouons-le : je suis assez fière de moi. J’ai réussi à glaner un lectorat fidèle qui ne s’est jamais vraiment intéressé à l’électroménager (ou comme moi, quand il s’agit d’acheter dans l’urgence un lave-linge à remplacer). Et il y a la partie immergée de l’iceberg, ces nombreux lecteurs qui viennent ici pour trouver une information concrète sur un produit ou une marque. J’ai l’impression de rendre service aux gens et je trouve cela gratifiant. Si les lecteurs fidèles se demandent parfois pourquoi j’écris tel billet, cherchez plus : c’est pour l’iceberg que je le fais.  Je blogue comme une organisation non gouvernementale.

Pour conclure, je ne dirais qu’une chose : mon blog me le rend bien. Je ne blogue pas non plus comme feu Mère Thérésa.

Easybox : c’est le minimum

Dans la vie, il y a deux sortes de filles : celles qui tueraient père et mère pour un sac Chloé/Dior/Lanvin et celles qui tueraient père et mère pour une centrale vapeur Domena/Polti/Astoria (au hasard). Tout ça pour en conclure que la fille est vénale et ne tient pas beaucoup à ses parents !

Vous l’aurez deviné : on ne peut pas me classer dans la première catégorie. Et ce pour deux raisons : j’ai jamais réussi à repasser une chemise en soie Isabelle Marrant avec un sac Lancel ET je suis tout sauf superficielle (surtout en Sandro).

Logiquement, on en déduira donc que j’appartiens à la seconde catégorie (toujours dans les bons coups !) et que je ferais tout pour obtenir la dernière it-centrale vapeur.

Je vous présente la Easy Box de Domena.

Grand confort avec sa poignée de transport autoblocante, son rangement de cordon avec enrouleur automatique.
Tendance écolo puisqu’elle est composée de 30 % de fibres naturelles de chanvre et à sa touche éco (50 % d’économie d’énergie et 70 % d’économie d’eau)
Design puisqu’elle a été primée par le label Observeur du design et qu’elle est personnalisable grâce à ses stickers.

Enfin, jusqu’au 31 janvier 2010, Domena vous rembourse 30 € pour tout achat d’une centrale Easybox (trouvée sur Internet à partir de 229€).

Finalistes d’Electrolux Lab : Renew (5)

Renew (ou Renouveau) est une machine à la vapeur qui rafraîchit et nettoie les vêtements – Zut ! Je croyais qu’elle repassait moi ! – Un scanner infrarouge et à une puce RFID recueillent l’information nécessaire au traitement du vêtement. Le Renew est tout à fait sécuritaire puisqu’il s’arrête automatiquement en cas d’objet non identifié comme une main (merci, c’est sympa de penser aux pauvres humains que nous sommes). L’avantage évident est le gain de place par rapport à un lave-linge classique, par contre y’a comme un gros gros désavantage : combien de temps ça prend pour laver 8 Kg de linge ???

Pour plus d’informations, interview du créateur de Renew


à Electroméninges, le blog de l'électroménager
By TwitterButtons.com

Photos Electroménagères

web statistic

Ce site est listé dans la catégorie Produits et services de consommation : Electroménager de l'annuaire Referencement et Dictionnaire